Monsieur le Maire
Mairie d'Osani
20147 OSANI
Osani, le 30 Novembre 2006
 
OBJET: RAPPORT 2006 / 10ème ANNÉE
 
 

Monsieur le maire, Mesdames et Messieurs les conseillers,

 
Conformément aux statuts de notre association, nous vous prions de trouver ci-dessous le rapport annuel sur l'état des fonds marins de notre golfe entre Capu Rossu et Punta Muchillina.
 
Ce rapport repose sur les constatations de 80 plongées, effectuées par les membres de notre association. (Plongées en juillet et août 2006). Si les conditions météo ont été très favorables en Juillet, elles ont été tout aussi déplorables en Août.
Toutes ces plongées ont été pratiquées en scaphandre autonome, à une profondeur de 60 mètres maximum, sur 20 sites des 23 répertoriés.
 
 
Nous avons, comme les autres années, pratiqué des visites en apnée sur les sites de mouillages habituels des bateaux de passage et dans la réserve de Scandola.
 
Comme tous les ans, j'ai joint quelques photos prisent cette année.
 
En ce qui concerne les constatations des plongées en scaphandre autonome :
 
La diminution des nombres des Dentis et des bancs de gros Sars continue en particulier sur les sites où nous avions l'habitude d'en voir cependant les Moustelles et les Corbs sont un peu plus nombreux que l'an dernier, mais en faible nombre.
Le nombre des petites espèces bentiques rocheuses (Sars, Girelles, Oblades, etc...) ne semble pas avoir subi de variation significative.
 
 
L'accroissement du nombre des mérous est toujours significatif, mais les beaux spécimens sont rares.
 
Le nombre des barracudas semble s'être stabilisé, voir être en diminution. Les bancs sont moins importants.
 
Nous n'avons vu aucun Homard ou Cigale, sur les sites cette année, mais quelques petites araignées.
 
En ce qui concerne les Langoustes, la tendance s'était inversée l'an passé et l'accroissement des petits spécimens est notable en particulier dans les zones qui étaient réputées et où elles avaient totalement disparues.
 
Le nombre des Galathés est stationnaire, mais faible.
 
Les Murènes sont très nombreuse, mais nous avons observés moins de congres.
 
Les Échinodermes, en particulier les Holothuries sont toujours aussi nombreux.
Les Oursins, toutes familles confondues, sont encore très nombreux cette année avec quelques Diadèmes sur Muchillina.
 
Le nombre des étoiles de mer est constant et important.
 
Les Céphalopodes, en particulier les poulpes sont moins nombreux sur les sites que les autres années.
 
Toutes les nacres repérées ont été respectées et sont toujours présentes sauf encore une perte, mais restée sur place et mangée par un prédateur. De nombreuses petites Nacres ont été repérées vers Capu Rossu.
 
Nous avons pu observer quelques nudibranches sur leur lieu de ponte, des Doris Géants ainsi que de très nombreux Doris Dalmatiens.
 
 
La faune fixée :
 
Les Gorgones étaient encore en très bonne santé cette année sur tous les sites et à toute profondeur.
 
Le Corail rouge se porte à merveille s'accroît doucement avec aucun signe de prélèvement ou de destruction " notable ". Notre golfe est de plus en riche en Corail rouge.
 
Les vers tubicoles sont toujours présents sur les sites (Spirographes, Sabelles et Protules), ainsi que de très nombreux bonellis.
 
Les sites sous-marins visités sont propres. Nous n'avons pratiquement rien eu à ramasser.
 
 
En ce qui concerne les visites en apnée des sites habituels de mouillages, y compris dans la réserve :
 
A la surface peu de plastiques flottants dans le golfe de porto.
Les fonds de golfe et grottes de la réserve étaient propres.
 
Le littoral ne présente pas de signe biologique de pollution.
 
 
Analyse :
 
Diminution du nombre des Dentis, Corbs, gros Sars
L'augmentation incontestable des Mérous.
La Faune fixée toujours aussi magnifique, sans dégradation. Il faut noter que la température de l'eau a atteint des scores exceptionnels en Juin et surtout Juillet et que les gorgones n'ont pas été recouverte pour autant d'algues filamenteuses . Ceci confirmerait nos observations faite dans les anciens rapports où nous expliquions que la corrélation entre température et algues est loin d'être établi contrairement à ce que certains pensent.
 
La tendance à l'augmentation des Langoustes se confirme pour cette année, mais la pêche à été bloquée presque tout le mois d'Août du fait des conditions météo.
 
En revanche un fait nouveau vient de faire son apparition :
 
Il était peu courant que pêcheurs aux filets et les plongeurs se livrent une concurrence au niveau des emplacements géographiques. Les uns prélevants, les autres observants, chacun y trouvait son compte, d'autant que les zones de plongée près des haut fonds sont risquées pour les filets qui risquent de s'y accrocher.
Cette année nous n'avions jamais vu depuis 1996, début de nos études, autant de filets sur nos sites dont certains accrochés, comme si les pêcheurs ne sachant plus où prélever s'approchaient de plus en plus des zones à risque. Les sites visés sont : Muchillina, Pta Seninu, Sec de Seninu, Pta Scoppa et Ditu acinu, site proche de Vignola.
Ceci a une incidence écologique déplorable et comme on peut le voir sur les photos prises, la destruction de faune fixée en découlant est très préjudiciable pour l'environnement marin ( une rascasse pour 10 gorgones arrachées ! ! !).
Une fois de plus on peut se poser la question de l'autorisation de pêche dans la réserve de Scandola où l'observation en scaphandre autonome est interdite et notre association pense, comme de plus en plus de personnes, qu'une interdiction complète de prélèvement dans ce qui devrait être une vraie réserve et dans son intégralité actuelle, en particulier dans la baie de Solana, serait bien plus bénéfique qu'une réserve agrandie où ce genre de pratique sera autorisée sans restriction pour la pêche professionnelle dans son extension dans le golfe de Girolata.
 
Je tiens à préciser qu'heureusement un bon nombre de pêcheurs sont respectueux de l'environnement, mais la raréfaction du poisson fait que certains peuvent aller pêcher dans des zones sensibles. C'est pourquoi la création d'un véritable réservoir marin dans la limite de la réserve actuelle (y compris la baie de Solana) serait à notre avis une sage décision pour permettre la pérennité de ce métier difficile tout en évitant une destruction de la bio-diversité de notre golfe.
 
Pour le bureau, P. FRANCHI