Monsieur le Maire
Mairie d'Osani
20147 OSANI
Osani, le 20 Novembre 2004
 
OBJET: RAPPORT 2004
 
 
 
Monsieur le maire, Mesdames et Messieurs les conseillers,
 
Conformément aux statuts de notre association, nous vous prions de trouver ci-dessous le rapport annuel sur l'état des fonds marins de notre golfe entre Capu Rossu et Punta Muchillina.
 
Ce rapport repose sur les constatations d'une centaine de plongées, effectuées par les membres de notre association. (Plongées en juillet et août 2004).
Toutes ces plongées ont été pratiquées en scaphandre autonome, à une profondeur de 60 mètres maximum, sur 18 sites des 23 répertoriés.
 
Les conditions météo, surtout en juillet non pas été très favorables cette année
 
Nous avons, comme les autres années, pratiqué des visites en apnée sur les sites de mouillages habituels des bateaux de passage et dans la réserve de Scandola.
 
Comme tous les ans, j'ai joint quelques photos prisent cette année.
 
 
En ce qui concerne les constatations des plongées en scaphandre autonome :
 
Les Dentis et grandes Dorades, étaient moins nombreux que l'an passé, en particulier sur les têtes de roches profondes où ils trouvaient refuge.
Les Moustelles étaient un peu moins présentes dans les failles .
Le nombre des petites espèces bentiques rocheuses (Sars, Girelles, Oblades, etc...) ne semble pas avoir subi de variation significative.
Les bancs de Corbs sur l'épave du Jean Mathieu sont toujours présents mais nettement moins nombreux.
 
Les mérous continuent à croître de façon significative avec deux grands pôles qui se situent sur les deux pointes du golfe. Les gros spécimen sont toujours rares. Les nombreux plongeurs leur rendant visite n'ont pas l'air de les perturber, bien au contraire, ils seraient plutôt curieux. Nous espérons que ceci ne donnera pas l'idée à certains de faire du nourrissage.
 
Cette année les barracudas étaient au rendez-vous avec des bancs très important (cf. photos).
 
Les Raies Pastenagues ont également décidé de croiser dans le golfe. De nombreuses ont été observées tant en surface que sous l'eau (cf photo), avec de beaux spécimens.
Il semblerai que nous ayons une réapparition des Tortues, aucune n'a été aperçu en plongée, mais malheureusement à deux reprises dans le même endroit (capu Rossu), elles se sont fait prendre dans des filets de pêcheurs.
 
Pour terminer sur les poissons, de nombreux œufs de Roussettes accrochés au gorgones ont été repérés (cf. photo).
 
Les crustacés tels que Araignées et Cigales, sont toujours pratiquement inexistants sur les sites de plongée.
En ce qui concerne les Langoustes, c'est une véritable catastrophe. D'année en année leur nombre ne fait que décroître et sur certains sites en 7 ans leur nombre a été divisé par 10. En tout début de saison, elle étaient encore assez nombreuses, ce qui pose le problème du prélèvement professionnel intensif et des méthodes de pêche.
Le nombre des Galathés et des Homards est faible, voir très faible pour les homards..
 
Les Murènes sont très nombreuses. Un peu moins de congres cette année.
 
Les Échinodermes, en particulier les Holothuries sont toujours aussi nombreux.
Les Oursins, toutes familles confondues sont encore très nombreux cette année.
Comme l'an passé des Oursins diadèmes ont été observés à Muchillina.
Le nombre des étoiles de mer est constant et important.
 
Les Céphalopodes, en particulier les poulpes sont en nombre constant..
Toutes les nacres repérées ont été respectées et sont toujours présentes sauf une morte. En revanche de nombreuses jeunes nacres ont été repérées, en particulier à Capu Rossu.
 
Les nudibranches : Les Flabellines et Eloïdiens sont revenus sur les lieus de ponte qu'ils avaient délaissé l'an passé.
Les Doris restent en nombre important.
 
 
La faune fixée :
Les Gorgones étaient resplendissantes cette année sur tous les sites et à toute profondeur. Aucune algue filamenteuse dessus, un vrai plaisir pour les yeux.
 
Le Corail rouge grandi, grandi avec aucun signe de prélèvement " notable ". Il commence a y avoir sur certains sites de très belles branches fines mais longues.
 
Les vers tubicoles sont toujours présents sur les sites ( Spirographes, Sabelles et Protules), ainsi que de très nombreux bonellis.
 
Les sites sous-marins visités sont propres. Très peu de plastiques et canettes au fond ; il est vrai que les plongeurs prennent de plus en plus l'habitude de ramasser ce qui traîne pendant leur plongée, ce qui facilite l'entretient des sites.
 
 
En ce qui concerne les visites en apnée des sites habituels de mouillages, y compris dans la réserve :
 
A la surface toujours de nombreux plastiques flottants dans le golfe de porto.
Cette année les fonds de golfe et grottes de la réserve étaient de véritables poubelles, plus personne n'étant affecté au nettoyage, ni côté parc, ni côté municipalité. Tuara en particulier ressemblait à une véritable décharge.
 
Le littoral ne présente pas de signe biologique de pollution. Notre association aimerai pouvoir s'appocher des trottoirs de Lithophyllum Tortuosum, dont l'accès est interdit par des chaînes. En effet, il semblerai (de loin) qu'une perte de largeur probablement consécutive à un phénomène naturel soit possible. A l'aide des photos prisent pendant de nombreuses années une comparaison pourrait être intéressante.
 
 
Analyse :
 
C'est une année à deux visages : D'un côté une diminution des " gros poissons " habituels, une dégringolade du nombre des langoustes qui arrive à un seuil très inquiétant ; de l'autre, l'augmentation des mérous (protégés) et l'arriver en nombre important d'espèces que l'on pouvait voir ailleurs sur la côte mais qui habituellement ne croisaient que très rarement dans nos eaux (barracudas, Raies, Tortues).
La faune fixée reste toujours aussi magnifique et préservée.
 
 
En ce qui concerne les opérations de nettoyages du golfe :
Dans ce magnifique site, classé patrimoine mondial par l'unesco, plus personne n'est affecté à cette tâche ...
 
 
Pour le bureau, P. FRANCHI
 
 

P.S : Cette année encore, aucun contrôle de qui que se soit. Il faut reconnaître que hors réserve, le site n'est pas du tout surveillé.