Monsieur le Maire
Mairie d'Osani
20147 OSANI
Osani, le 20 novembre 2002
 
OBJET: RAPPORT 2002

 

Monsieur le maire, Mesdames et Messieurs les conseillers,
 
Conformément aux statuts de notre association, nous vous prions de trouver ci-dessous le rapport annuel sur l'état des fonds marins de notre golfe entre Capu Rossu et Punta Muchillina.
 
Ce rapport repose sur les constatations d'une cinquantaine de plongées, effectuées par les membres de notre association. (Plongées en mai, juillet et août 2002).
Toutes ces plongées ont été pratiquées en scaphandre autonome, à une profondeur de 60 mètres maximum, sur 15 sites des 23 répertoriés.
 
Le nombre des plongées est moitié moins important que les autres années du fait des conditions météo qui n'ont pas été favorables une grande partie de l'été.
 
Nous avons, comme les autres années, pratiqué des visites en apnée sur les sites de mouillages habituels des bateaux de passage et dans la réserve de Scandola.
 
Comme tous les ans, j'ai joins quelques photos prisent cette année.
 
 
En ce qui concerne les constatations des plongées en scaphandre autonome :
 
Contrairement à l'avis des pêcheurs et à leurs prises, cette année a été marquée par un accroissement significatif des Dentis, grandes dorades etc... Ils évoluent toujours à proximité des têtes de roches profondes.
Les Moustelles sont également en grand nombre dans les failles, avec de beaux spécimens.
Le nombre des petites espèces bentiques rocheuses (Sars, Girelles, Aublades, etc...) ne semble pas avoir subi de variation significative. Il existe de très beaux bancs de Corbs en limite de réserve.
Quelques liches ont été aperçues en fin d'été.
  
Cette année nous ne parlerons pas de raréfaction des mérous, mais plutôt d'une stagnation avec toujours le problème des mâles qui sont très rares.
La distribution géographique reste la même, avec la côte de Piana, beaucoup plus riche que le golfe de Girolata.
A Ceninu, le couple est toujours présent, malgré le nombre des plongeurs mais nous n'avons pas aperçu de juvéniles.
A Muchillina (limite de la réserve de Scandola), nous n'avons vu un spécimen mâle de belle taille qui était présent en mai et qui a dû aller se protéger dans la réserve pendant la période estivale.
Il est à noter tout de même que le nombre de nos plongées ayant été moitié moins importante cette année, nous avons pu passer à côté de certaines familles.
 
Les crustacés tels que Araignées et Cigales, sont toujours inexistants sur les sites de plongée.
Les langoustes étaient plus nombreuses que l'an passé, avec de belles colonies sur certains sites peu connus des pêcheurs et plongeurs.
Le nombre Galathés est faible mais constant.
Cette année, nous avons à nouveau repéré deux homards, mais ils sont très profond.
Les Murènes et surtout les congres sont très nombreux.
 
Les Échinodermes, en particulier les Holothuries sont toujours aussi nombreux.
Beaucoup d'oursins, cette année encore, avec de beaux oursins melons.
Comme l'an passé des Oursins diadèmes ont été observé à Muchillina.
Les étoiles de mer sont en très grand nombre.
 
Les Céphalopodes, en particulier les poulpes sont peu nombreux.
Toutes les nacres repérées ont été respectées et sont toujours présentes sauf l'une d'elle qui à été mangée retrouvée vide à côté de l'endroit ou elle était plantée habituellement. (cf photo)
 
Les nudibranches (Doris et Flabellines ) sont moins nombreux que l'an passé, en particulier dans les endroits de pontes habituels des flabellines.
De beaux Doris géants ont également été observés.
 
La faune fixée se porte à merveille : Depuis que nous faisons nos observations dans le Golfe, les Gorgones et le Corail rouge ne se sont jamais aussi bien portés. (cf photos)
Aucune colonie de Gorgones n'a été atteinte par la maladie qui sévissait en Méditerranée. En 3 ans notre golfe n'a subit pratiquement aucune perte (rapport envoyé au Dr. Francourt), contrairement aux ravages qui ont eu lieu sur la côte Marseillaise.
D'autres part les algues filamenteuses souvent présentes sur les Gorgones de certains sites et nuisant particulièrement à leur développement étaient pratiquement inexistantes.
 
Le Corail rouge est toujours en expansion avec aucun signe de prélèvement notable. Les branches ne sont certes pas très grosses mais très nombreuses et par endroit peu profondes.
Un site découvert l'an passé a été exploré minutieusement cette année et nous a permis de découvrir de nombreuses petites grottes tapissées de corail rouge.
 
Les vers tubicoles sont toujours présents sur les sites ( Spirographes, Sabelles et Protules).
 
Les sites sous-marins visités sont propres. Nous avons remonté en plus des quelques petits objets habituels (bouteilles, canettes, emballages ... ), une chaise de salon de jardin en plastique et la table assortie ... Il ne manquait que la bouteille de Casa !
 
 
En ce qui concerne les visites en apnée des sites habituels de mouillages, y compris dans la réserve :
 
En mer nous avons récupéré des plastiques en particulier dans la réserve de Scandola et surtout de nombreux morceaux de bois présentant un danger pour la navigation.
La mer était globalement propre, Le fond du golfe de Caspiu à Portu toujours un peu plus sale, mais moins que l'an passé malgré la forte houle.
Les petites plages et grottes n'ont été nettoyées que tardivement et peu souvent du fait des très rares jours de mer belle.
Les plages à accès routier étaient les plus propres, entretenu soit par des employés communaux, soit par les propriétaires de petits commerces désirant rendre agréable l'endroit.
Le littoral ne présente pas de signe biologique de pollution.
 
 
Analyse :
 
Cette année, les pêcheurs professionnels ou amateurs se sont tous plaints de la faible quantité de poissons pêchés.
Même pour ceux de plus en plus nombreux pouvant pêcher dans la réserve de Scandola, la météo n'a pas été propice.
Il est indéniable que, comme partout ailleurs, la réserve halieutique s'épuise et en particulier dans la réserve Scandola qui ne joue pas son rôle de réservoir puisque le prélèvement y est autorisé pour certains professionnels.
 
En revanche sur les sites de plongées, en particulier les têtes de roches profondes, la population des " gros poissons " augmente! Peut-être sont-ils protégés par cet habitat et prolifèrent-ils plus tranquillement. Comme s'il y avait une sédentarisation de certaines espèces qui ont un comportement habituellement plus pélagique ?
 
Un point noir, cependant concernant le site de " Punta Muchillina " limite de réserve : Il serait, à notre avis, utile que les différents clubs de Porto et également de Galéria s'organisent pour essayer de ne pas y plonger les même jours ou en même temps. Nous avons pu observer plus de 60 plongeurs sur le site ! Nous pensons que cette situation n'est ni bonne pour la faune, ni appréciable pour les plongeurs.
 
En ce qui concerne l'incroyable vitalité de la faune fixée cette année, je n'y vois aucune explication. Peut-être que le réchauffement observé par les scientifiques en Méditerranée serait moins significatif dans notre golfe qu'ailleurs du fait de courants ou de condition climatique locale, le tout lié à une faible pollution humaine ou terrienne ?
 
 
En ce qui concerne les opérations de nettoyages du golfe :
 
Cette année encore le parc régional a proposé un partenariat à notre commune pour utiliser le bateau avec deux emplois jeunes de la commune. Malheureusement les conditions météo, puis la panne du bateau communal ont fait que la mission n'a que partiellement été accomplie aussi bien pour le nettoyage que pour la formation de nos deux jeunes. En quatre saisons le bateau communal aura été d'une utilité très relative.
 
                                                                                                         Pour le bureau, P. FRANCHI
 
 
P.S : Depuis 1999 un corps mort a été posé dans la baie de Gradelle en plein dans un champ de Posidonies. A l'époque nous nous sommes indignés sur cette façon de faire, d'autant qu'il s'agissait du corps mort pour le bateau communal. (Il s'agit d'une roue de tracteur remplie de béton).cf. Rapport 2000. Dans la petite baie, il y a suffisamment de sable pour éviter les posidonies (espèce protégée depuis Juillet 1988).
Cette année, j'ai fait de nouvelles photos, après 3 ans, qui sont relativement intéressantes. En effet les posidonies autour du corps mort n'ont pas souffert et le corps mort s'est lui-même colonisé d'algues en servant de support. Certes les posidonies écrasées ou sous la roue ont disparue, mais l'impact, en terme de pollution et de destruction est moins important que ce que nous craignons. Il en aurait probablement été autrement si le corps mort était un moteur rempli d'hydrocarbures . Cependant, si l'on avait pu le placer 10 mètres plus loin, ce n'aurait pas été plus mal ...